Idées reçues sur la démocraphie médicale



 


2015; 40 Adapté du Bulletin de l’Ordre des médecins : 17-22



1 -
Le numérus clausus a augmenté, mais est-il passé progressivement de 3479 en 1998 à 7497 en 2015 ? 25 % des diplômés ne s’inscrivent jamais à l’ordre.
2 -

Réduction du temps médial disponible. Les femmes ne sont pas seules en cause. L’équilibre vie privée-vie professionnelle est considérée comme très importante par les médecins hommes ou femmes

3 - Les zones rurales ne sont pas les seuls déserts. La région Ile-de-France est celle qui recense la plus forte baisse des effectifs des médecins en activité en 2014.
4 - Médecins étrangers, une solution ? « La plupart des médecins étrangers exerçant en France occupent en fait des postes salariés en établissement ».
5 - « Le recul de l’exercice libéral est davantage le fruit d’une méconnaissance et d’un manque de formation à ce mode d’exercice, qu’à un choix éclairé des jeunes médecins ».
6 - Les maisons pluri-professionnelles n’attirent pas spécialement les jeunes médecins puisque ceux qui y exercent sont majoritairement expérimentés (50,3 ans en moyenne).
7 - Multiplier les aides et dispositifs ne servirait à rien. Ils existent, mais il faut les faire gagner en efficience.   
8 -

« La présence d’un médecin dans chaque village est un objectif aujourd’hui utopique et irréalisable ».

Retour